Projet d’appui au Pôle de croissance de Bagré : Démarrage des travaux en juillet prochain

• Un appui de 16,4 milliards de FCFA de la Bad

• Objectif, développer des infrastructures agricoles

• Des déplacements de ménages en vue

La mise en œuvre du Projet d’appui au pôle de croissance de Bagré (Pacpb), à l’Est du Burkina, débutera en juillet prochain.

C’est lors d’une de ses réunions hebdomadaires, le 29 avril dernier, que le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement (Bad) a approuvé le projet. Montant de l’aide octroyée, qui sera déployé sur cinq ans : 16,4 milliards de FCFA (soit 30,4 millions de dollars). Ils serviront à développer des infrastructures et des chaînes de valeur agricoles. Le projet verra aussi la contribution de l’Etat et des bénéficiaires pour un montant total de 4 milliards de FCFA.
Dans le rapport d’évaluation, le projet aidera à accroître la productivité, les productions et les revenus agricoles de façon durable au profit des hommes, des femmes et des jeunes. Il contribuera aussi au développement des chaînes de valeur des filières riz, maïs et des produits maraîchers, identifiées comme porteuses par la stratégie du gouvernement burkinabè.
Le Pcpb interviendra en rive droite, en complémentarité avec les interventions en cours sur la rive gauche, financées par la Banque mondiale, pour le renforcement des aménagements existants. Ces aménagements sont situés dans le territoire des communes rurales de Bagré, Zonsé et Zabré, province du Boulgou, région du Centre-Est. Parmi les principales réalisations du projet, figurent le prolongement sur 22 km du canal primaire en rive droite, la réalisation d’un réservoir tampon d’une capacité de 114.000 m3, l’aménagement d’un périmètre irrigué destiné aux petits producteurs (924 ha), la réhabilitation de 1.200 ha en rive droite, ainsi que la construction d’infrastructures de stockage, de transformation et de commercialisation.
Le Papcb touchera de manière directe trois catégories de bénéficiaires : les paysans, dont 903 sont affectés par le projet. Ils seront réinstallés dans un nouveau périmètre irrigué et 1.200 au niveau d’un périmètre irrigué existant-soit un total de 2.103 petits exploitants; les jeunes promoteurs agricoles au nombre de 116, dont 96 fils/filles d’agriculteurs de la zone du projet et 20 diplômés d’établissements de formation agricole; et 3 opérateurs privés, bénéficiaires d’un périmètre irrigué de 1.270 ha. Ce sont, au total, quelque 13.300 personnes (dont environ 4.000 femmes) qui bénéficieront du projet de façon directe.
Dans sa composante B (développement des chaînes de valeur: ndlr), le Papcb entend développer des infrastructures de stockage et de commercialisation: «9 magasins de stockage, 3 aires de séchage, 10 centrales d’achat attribuées pour moitié aux groupements féminins et 1 marché de rayonnement régional faisant preuve d’une conception sensible au genre et localisé sur la route Koupela-Bitou de portée régionale en cours de réhabilitation». En ce qui concerne le volet social du projet, le rapport d’évaluation est assez explicite. Les impacts sociaux les plus significatifs concernent l’amélioration globale du cadre de vie des populations, la création d’emplois, un meilleur accès aux services de base, l’amélioration du statut nutritionnel des groupes vulnérables et l’accroissement des revenus des producteurs.
L’augmentation des revenus des producteurs contribuera à améliorer la sécurité alimentaire et le statut nutritionnel des ménages ruraux et environ 13.200 personnes sortiront de la pauvreté.
Aussi, le Projet contribuera au renforcement des capacités des artisans locaux (forgerons, mécaniciens, électromécanicien…) pour l’entretien et les réparations des équipements, ce qui contribuera au développement du secteur privé et à la promotion des services en amont de l’exploitation agricole.
Notons cependant que des impacts négatifs sont à redouter. Il s’agit du déplacement de ménages vivant dans l’emprise des périmètres, du risque de prolifération des maladies d’origine hydrique et des Ist/Vih/Sida/Mtn, des risques de contamination liés à l’utilisation des pesticides sur les sites de production et la restriction de l’accès à la ressource en eau pour les éleveurs, selon le rapport d’évaluation du Pacpb réalisé par la Bad.
NK


 

Fiche du projet

– Fiche du client
Donateur/emprunteur : Burkina Faso
Organe d’exécution : la Société de développement intégré du pôle de Bagré (Bagrépôle)

– Plan de financement
Source: Fonds africain de développement (Fad): 4,7 milliards de F CFA en don et 11,7 milliards de FCFA en prêt
Autres bailleurs de fonds : 
Gouvernement et bénéficiaires:
4 milliards de F CFA en ressources propres
Coût total : 20,4 milliards de F CFA

– Importantes informations
financières du Fad
Montant du don: 4,7 milliards
de F CFA
Montant du prêt : 11,7 milliards
de FCFA
Commission d’engagement (prêt): 0,5% par an du montant non décaissé
Commission de service (prêt): 0,75% par an de l’encours
Echéance (prêt) : 30 ans
Différé d’amortissement (prêt): 10 ans
Valeur actualisée nette (Van) (au taux de 12%) : 22,4 milliards de F CFA
Tre (scénario de base): 18,6%

– Durée-principales étapes (attendues)
Approbation de la note conceptuelle : 10 juillet 2014
Approbation du projet: 22 avril 2015
Entrée en vigueur du don: mai 2015
Entrée en vigueur du prêt: juillet 2015
Achèvement : avril 2020
Clôture du prêt/don : avril 2021

Commentaires
Numéro d'édition: 110

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.