Protection sociale : Le Cares pour l’institution d’une taxe de promotion

• Mieux protéger les travailleurs

• Un document de proposition des syndicats

Après 54 ans d’indépendance, le Burkina Faso n’assure toujours que le strict minimum en matière de protection sociale. Environ 2% des Burkinabè bénéficient d’une certaine protection sociale. Selon des recherches menées par le Comité de recherche et d’analyse de l’intersyndicale des organisations syndicales (Cares), le Burkina dispose de trois (3) organismes publics de prévoyance sociale, à savoir la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss), la Caisse autonome de retraite des fonctionnaires (Carfo) et l’Office de santé des travailleurs (Ost).

Et il ressort que la prise en charge de la santé des travailleurs par ces institutions reste en deçà des attentes des bénéficiaires.
Ces organismes ne couvrent que les accidents de travail et les maladies professionnelles. Or, d’après le Cares, et d’après les statistiques, les maladies professionnelles sont une infime partie des maladies dont souffrent les travailleurs dans leur quotidien. D’où l’impérieuse nécessité de la création d’une assurance maladie au profit des travailleurs, ce qui leur permettra de déployer leur potentiel au service du pays.
L’Oms est d’ailleurs formelle, il existe une corrélation entre espérance de vie et croissance: l’allongement de 10% de la durée de la vie permet d’accroître le Pib de 0,3 à 0,4%. Le financement de la protection sociale, dont l’assurance maladie, est possible d’après les recherches du Cares qui estime que cela doit passer par un dialogue social dynamique entre les employeurs, l’Etat et les organisations des travailleurs.
Même si le gouvernement burkinabè affiche de plus en plus sa volonté d’une meilleure mise en œuvre de la politique de protection sociale, des efforts restent à faire en ce qui concerne le financement. Cela, eu égard à la modicité des dotations budgétaires des ministères chargés de sa mise en œuvre, comparativement au budget global. Aussi, les résultats des efforts consentis qui ne concernent que quelques aspects de la protection sociale ne sont pas perceptibles.
Un récent rapport du Cares constate, en effet, que le cumul des allocations destinées aux ministères chargés de la mise en œuvre de la politique de protection sociale, à savoir le ministère de l’Education nationale et de l’alphabétisation (Mena), le ministère de la Santé (Ms), le ministère du Travail, de la fonction publique et de la sécurité sociale (Mtfpss), le ministère de l’Action sociale et de solidarité nationale (Massn), le ministère de la Jeunesse et de la formation professionnelle et de l’emploi (Mjfpe) et le ministère de la Promotion de la femme et du genre (Mpfg), qui était de 20, 07% du budget global en 2010, année d’élaboration de la Scadd, a baissé à 17,09% en 2013. Ce qui, de l’avis du Cares, montre qu’au cours de la période 2010-2013, les allocations budgétaires ne reflétaient pas le discours politique qui affiche la volonté de mettre l’accent sur la protection sociale. Mais en 2014, il y a eu une augmentation.
La dotation est passée à 24,14% du budget global, toute chose qui permet de conforter le Cares dans sa position selon laquelle le financement de la protection sociale dans le budget national peut se faire, surtout par l’augmentation des ressources allouées aux ministères sociaux. Et face aux limites du budget de l’Etat, le Cares préconise l’institution d’une taxe spécifique dans tous les secteurs de l’économie.
Une taxe de promotion de la protection sociale peut, par exemple, être imposée dans le secteur primaire (agriculture, pêche, élevage), entre autres, qui n’est pas ou est peu faiblement imposé. Ou encore l’industrie du tabac, de la boisson alcoolisée, les sociétés de transport et de téléphonie mobile pourraient très bien supporter cette taxe de promotion de la protection sociale au Burkina Faso.
Parmi les propositions du Cares figurent également la réduction des dotations budgétaires aux dépenses communes interministérielles et par-dessus tout, un suivi-évaluation des fonds, programmes et projets.
CE


Deux années de travail

Depuis 2013, le Cares mène des actions qui ont consisté d’une manière ou d’une autre en des recherches et des campagnes de sensibilisation. C’est une volonté des secrétaires des centrales syndicales affiliées à la Confédération syndicale internationale zone Afrique (Csi-Afrique) engagée dans le projet «Soutenir l’action syndicale en matière économique pour faire du travail décent une réalité en Afrique».
En deux ans d’existence, l’équipe dirigeante a pensé qu’il était temps de faire une pause de rétrospection. A cet effet, elle a tenu un forum le samedi 11 avril 2015, à Ouagadougou. Une rencontre au cours de laquelle le Comité de recherche et d’analyse de l’intersyndicale des organisations syndicales (Cares) a rendu publics ses rapports. Pour le coordinateur du Cares-Burkina, Adama Ouédraogo, l’objectif général était d’amener l’intersyndicale à disposer d’un document de propositions dans la mise en œuvre de l’assurance maladie universelle.

Commentaires
Numéro d'édition: 108

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.