Mgr Paul Ouédraogo et les siens devront user de tout pour rapprocher les positions. (DR)

Réconciliation nationale : Difficile équation pour Mgr Paul et son équipe

• L’ex-majorité s’exclut

• Rapprocher les partis politiques

• S’inspirer des travaux des commissions antérieures

Que faire pour réconcilier des cœurs meurtris ? Que faire devant des situations d’injustice, de mal gouvernance?

C’est ce à quoi la Crnr s’attèle depuis son installation et l’ambiance semble à la sérénité. Au stade des échanges et de collecte de propositions, la Crnr a fait face cependant à son premier obstacle dans la matinée du 22 avril dernier. Elle devait, ce jour-là, rencontrer les partis politiques de l’ex-opposition et ceux de l’ex-majorité séparément.
Si le premier rendez-vous (avec les ex-opposants) s’est déroulé sans couac, le second a été très vite écourté. Celle qui conduisait la délégation de l’ex-majorité (Juliette Bonkoungou du Cdp) a, au nom de l’ex-majorité élargie à ses nouveaux alliés que sont la Nafa et l’Ubn, martelé que son groupe ne pouvait pas prendre part aux travaux de la Commission. Les raisons : le vote du nouveau Code électoral qui est une forme d’exclusion pour eux, les arrestations de leurs membres qui «ne suivent pas les règles de procédures», etc. C’est donc de façon polie que l’ex-majorité a fait le déplacement du Conseil économique et social (Ces), siège de la Commission, pour lui signifier son forfait.
Cette situation est loin de mettre à l’aise la Commission. A regarder de près, la situation que crée l’ex-majorité donne tout le sens au travail de la Crnr, car on ne réconcilie pas des gens qui s’entendent, mais bien des gens qui ont des points de vue divergeants. C’est pourquoi Mgr Paul Ouédraogo a laissé entendre que sa Commission respecte la position de l’ex-majorité, mais, ajoute-t-il, «nous restons toujours ouverts.
La Crnr va essayer de trouver les voies et moyens afin de rapprocher les uns et les autres pour asseoir les bases d’un Burkina de tolérance et de pardon».
L’ex-opposition, conduite par François Ouédraogo du Rds, a marqué sa disponibilité à accompagner le travail de la Crnr. Sortis de la salle munis de fiches de collecte de propositions, les partis de l’ex-opposition disent placer une grosse attente aux conclusions de cette Commission. Avant cette rencontre sensible avec les partis politiques, la sous-commission «Vérité, justice et réconciliation», que préside Lucienne Zoma, a entrepris une tournée auprès des communautés religieuses, du Moro Naba, de l’ancien président Jean-Baptiste Ouédraogo et du président du Conseil constitutionnel. Quant au bureau de la Crnr, il a également entendu les forces de sécurité et de défense et les Organisations de la société civile (Osc). Mgr Paul Ouédraogo et ses «disciples» savent qu’ils ont pour mission de faire en sorte qu’il y ait la cohésion sociale, en tenant compte des valeurs culturelles positives de notre pays
Difficile mission pour la Commission de réconciliation nationale et des réformes (Crnr). Elle a 5 mois pour travailler à poser des balises du vivre ensemble au pays des «Hommes intègres». Les fractures sont telles que le concours de tous est indispensable à une réconciliation nationale.
Loin d’être une juridiction (puisqu’elle ne distribue pas de peine), la Crnr doit faire appel à l’humain, à son cœur, à son sentiment, pour arrondir les angles de la méfiance, de la haine et de la discorde. Installés depuis le 13 mars 2015, Mgr Paul Ouédraogo et ses 33 conseillers (après la démission de deux membres) ont l’obligation de déposer leur rapport en août prochain.
Alexandre Le Grand ROUAMBA


 

Composition des délégations des deux groupes de partis politiques

– Ex-opposition
12 personnes : François Ouédraogo ( Rds, président du mois, chef de la délégation), Elie Samné (Adr), Sambo Antoine Komy ( Mpp), Tambi François Kaboré ( Ccpp), Alexis Zoma ( Unir/Ms), Saran Séré/Sérémé ( Pdc), Moussa Jean-Baptiste Ilboudo ( Mpb), Reine So ( Pndp), Daniel Yaméogo ( Mfd), Wilfried Nombré (Ffs), Boukari Daganon (Prit Lanaaya), Séni Belemkoabga (Pds/Metba).
– Ex-majorité
9 personnes: Juliette Bonkoungou (Cdp, chef de la délégation), Salvador Yaméogo ( Rdf), Rodrigue Kpoda ( Asdd), Blaise Sawadogo (Cdp), Amadou Traoré ( Upr), Inoussa Kaboré (Afp), Zackoma Yonaba (Linad), Issa Balima ( Ufc), Moïse Sawadogo (Odt).

Commentaires
Numéro d'édition: 107

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.