Publi-COM

Exercice 2014 : Ecobank Burkina consolide sa position

Les voyants de Ecobank Burkina sont au vert. L’institution jouit d’une bonne santé financière. C’est le constat fait du bilan de la 18e assemblée générale annuelle des actionnaires tenue le vendredi 17 avril 2015 à Ouagadougou. Malgré un ralentissement de l’activité économique nationale, le potentiel de la banque s’est accru, aussi bien par la taille que par le volume des crédits distribués à l’économie et le volume des ressources collectées. De manière globale, Ecobank Burkina a consolidé son rang de première banque au classement du secteur bancaire du Burkina, selon le magazine «The Banker».

Les membres du Conseil d’administration de Ecobank Burkina ont examiné les rapports de l’exercice 2014 des commissaires au compte. (D.R)
Les membres du Conseil d’administration de Ecobank Burkina ont examiné les rapports de l’exercice 2014 des commissaires au compte. (D.R)

Selon les rapports des commissaires au compte et de celui du Conseil d’administration, l’exercice 2014 de la banque dégage un résultat net bénéficiaire de 11.314.000.000 de F CFA, soit une progression de 10% par rapport à l’exercice précédent. Ce progrès se situe à plusieurs niveaux des comptes.
Des états financiers, on note une croissance de 15% du bilan total qui s’étale à 605.608.000. 000 de F CFA en 2014 contre 527.595.000.000 de F CFA en 2013. Au cours de l’année écoulée, les ressources collectées par l’institution s’élèvent à 429.069.000.000 de F CFA, ce qui représente une augmentation de 13%. Ecobank a par ailleurs apporté son concours à l’économie nationale à hauteur de 352.000.000.000 de F CFA, avec une progression de 9% par rapport à l’exercice écoulé.
Pour les actionnaires, c’est un satisfécit que de voir leurs dividendes aussi progresser de 10% conformément au taux bénéficiaire. Selon le président du Conseil d’administration, Djibana Barthélémy Drabo, l’éloquence de ces chiffres témoigne de la vitalité de l’institution et de l’aura dont elle jouit auprès des clients. Et il appartient à l’ensemble du personnel de Ecobank Burkina de maintenir le cap.
En effet, les actionnaires ont, au cours de cette assemblée générale, réaffirmé leur soutien au Conseil d’administration et renouvelé leur confiance en la capacité de la banque à consolider son développement tout en fournissant des produits innovants et une excellente qualité de services à la clientèle.
Ce soutien s’est manifesté, au cours de l’année 2014, par l’augmentation du capital pour plus de 4 milliards de F CFA afin de donner à l’institution les moyens de sa croissance. Cet appui consenti par les actionnaires a permis à la banque d’achever le processus de normalisation de ses agences afin d’offrir à sa clientèle un cadre convivial d’opérations et d’améliorer ses services.
Cette amélioration répond à l’exigence d’un marché devenu concurrentiel. Pour l’année 2015, Ecobank devra faire face à de nouveaux défis. «L’année dernière, nous étions 12 banques et cette année nous serons 13. Notre stratégie, c’est d’abord d’avoir une qualité de service irréprochable ; c’est à ce titre que nous venons de mettre en place un centre d’appel avec pour numéro le 3334 pour permettre la prise en charge rapide des besoins, des problèmes des clients», a précisé l’administrateur et directeur général de la banque, Cheikh Travaly.
Pour conforter sa position, la représentation nationale de la Banque panafricaine a plutôt opté pour la proximité. «Nous avons le réseau de guichets le plus étendu aujourd’hui, avec 77 unités de guichets automatiques de banque», a révélé l’administrateur. Cependant, cela ne suffira pas pour convaincre une clientèle en perpétuelle quête des meilleures offres : «La différence va se faire sur la qualité, la réactivité et la proximité avec les clients et c’est sur ces trois axes que nous entendons fonder notre stratégie pour les années à venir», a annoncé Cheikh Travaly.
La nouvelle donne pour la direction de Ecobank Burkina passe donc par le développement de nouvelles technologies dans les métiers de la banque.
D’où le mise en place du porte-monnaie électronique, en collaboration avec la téléphonie mobile Airtel. Selon Cheikh Travaly, c’est un compte bancaire. Sans avoir besoin d’être présent physiquement dans une banque, il permet au détenteur de garder son argent, donc d’avoir de l’épargne pour ses besoins quotidiens.
Et pour l’heure, Ecobank Burkina est à la recherche des meilleures innovations pour la satisfaction des consommateurs: «La banque par internet, nous allons continuer à la développer pour que le client perde de moins en moins le temps ; et qu’il ait de moins en moins besoin de venir dans les agences».o
CD


Acte uniforme de l’Ohada : Ecobank harmonise ses statuts

Le Conseil d’administration et les actionnaires de Ecobank Burkina ont aussi procédé à la relecture des statuts de la Banque au cours d’une assemblée générale extraordinaire tenue en marge de la présentation du bilan annuel.
Cette révision des textes vise ainsi à harmoniser les statuts de la banque avec le nouvel acte uniforme de l’Ohada du 30 janvier 2014 relatif au droit des sociétés commerciales et des regroupements d’intérêt économique. Et c’est l’unanimité que les actionnaires ont adopté les résolutions qui leur ont été soumises.

Commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page