Trêve

La coalition des organisations de la société civile contre la vie chère (Ccvc) ne va pas lâcher de sitôt le morceau. Sa grève d’avertissement de 48 heures a eu lieu les 17 et 18 février derniers. Cette coalition déroule graduellement sa stratégie de revendication. Après le sit-in du 4 février dernier, la troisième étape sera une marche-meeting de protestation, occasion de dénoncer l’immobilisme du Gouvernement et surtout de faire une démonstration de force. Elle en a besoin pour tester sa capacité de mobilisation sur ce dossier. Et les éléments de sa plateforme revendicative ne sont pas moins attractifs pour les militants et sympathisants pour battre le pavé: soutenir le panier de la ménagère en ces temps de vie chère, soit par la baisse des prix des produits essentiels comme le carburant, soit par l’augmentation des revenus.
Le premier point de la plateforme concernant la baisse du prix du carburant entre 100 et 150 FCFA n’a pas encore connu de suite favorable. Les différentes audiences accordées à la Ccvc par les autorités ont fini de convaincre les responsables de la coalition que le Gouvernement ne lâchera pas facilement sur ce dossier, à moins d’une forte pression sociale. C’est tout l’enjeu de la prochaine manifestation de la Coalition. Il s’agira pour elle de mettre la Transition dos au mur, de créer le rapport de force en sa faveur.
De son côté, avec une nonchalance bien calculée, le Gouvernement suit de près les pulsations de cette société civile qui, d’une certaine façon, veut sa part du gâteau des retombées de l’insurrection populaire. En réalité, le Gouvernement a les yeux rivés sur les recettes du premier trimestre.
Si elles sont conformes aux attentes ou au-delà, le Gouvernement aura de la marge pour contenter les syndicats. Dans le cas contraire, l’on va droit à un durcissement. C’est peut-être le lieu de commencer à négocier une trêve sociale, comme l’a suggérée Zephirin Diabré lors de son passage au Club de L’Economiste, avant que l’agenda social ne plombe tout le reste.
Abdoulaye TAO

Commentaires
Numéro d'édition: 98

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.