Mines d’or: nouvel eldorado à l’Ouest du Burkina

• 4 permis d’exploitation dans la zone

• La proximité avec la Côte d’Ivoire mise à profit

• Des sociétés déjà en exploration


Ce début d’année 2015 est marqué par une forte actualité dans le domaine minier au Burkina, particulièrement en ce qui concerne l’or. Rien que la semaine dernière, 4 nouvelles grandes mines d’exploitation ont fait leur entrée dans le paysage minier burkinabè. Si ce secteur connaît des remous actuellement (grèves, éboulements des sites d’orpaillage et destructions d’installations, ndlr), il convient de reconnaître que l’or attire toujours autant d’investisseurs au Burkina.

Autre phénomène, les sociétés minières se ruent vers les régions sud-ouest et ouest du pays. La forte teneur en or et la proximité avec la Côte d’Ivoire qui a une politique tarifaire attrayante pour les multinationales expliqueraient sans doute cet état de fait.
En témoignent les permis d’exploitation industrielle de grande mine d’or accordés à 4 sociétés minières, dans la Léraba, dans la région des Cascades, à Batié dans le Sud-Ouest, dans les Hauts-Bassins, province du Tuy, et le dernier dans la Boucle du Mouhoun. S’il s’agit de nouveaux permis d’exploitation pour trois des quatre mines d’or concernées, il faut noter que ces sésames ont été attribués à des sociétés minières déjà en exploration dans le pays. Voici une cartographie de ces sociétés minières.

Konkéra SA

mines94Le premier permis d’exploitation a été octroyé à la société Konkéra SA. Le gisement de Konkéra est situé dans le permis Batié ouest, province du Noumbiel, région du Sud-Ouest. Le projet est à environ 450 km de Ouagadougou, et à proximité des frontières de la Côte d’Ivoire et du Ghana.
La région est accessible à partir de Ouagadougou par route bitumée jusqu’à Gaoua au Nord du permis et ensuite par routes de gravier jusqu’au site via la ville Kampti.
Ce permis, d’une superficie de 64,34 km², permet l’exploitation de la mine pour une durée d’environ 7 ans, selon le Conseil des ministres. Mais ce que le Gouvernement ne dit pas, c’est que cette nouvelle mine fait partie du projet Batié ouest, propriété exclusive de Ampella au Burkina. Le projet aurifère de Ampella se compose de 12 permis couvrant une superficie d’environ 2.350 km². D’ailleurs en 2012, une demande de trois permis d’exploitation couvrant 1.200 km² en Côte d’Ivoire, adjacents au projet Batié ouest, avait été soumise par la mine au ministère des Mines à Abidjan. Preuve significative de la minéralisation aurifère de cette zone. Sur les prospects de Konkéra, la minéralisation aurifère s’étend sur 4,9 km et le gisement consiste en plusieurs filons empilés. Cinq prospects interconnectés constituent la zone de ressource: Konkéra East, Konkéra Main, Konkéra North, The Gap et Kouglaga.
La ressource globale s’élève maintenant à 59,2 millions de tonnes à 1,7 g / t d’or pour 3.253.000 onces d’or.

Houndé Gold operation
La région des Hauts-Bassins fait elle-aussi l’objet d’intérêt de la part des sociétés minières. Dans la commune de Houndé, province du Tuy, c’est la société Houndé Gold operation SA qui a obtenu un permis d’exploitation industrielle de grande mine d’or d’une superficie de 23,19 km². Le projet Houndé est situé au Sud de la mine Mana de Semafo.
L’estimation de la production moyenne annuelle est de 180.000 onces d’or par an, pour une durée de vie de 8 ans, avec des réserves minérales prouvées et probables de 1,55 million d’onces et une production minière totale de 1,44 million d’onces récupérables sur la durée de vie de la mine. Le capital de démarrage initial est estimé à 315 millions de dollars.
Il faut noter que l’octroi de ce permis d’exploitation industrielle était prévu pour le dernier trimestre 2014.
Houndé Gold operation comprendra environ 470 employés permanents dont 41 expatriés africains et internationaux et 430 employés burkinabè.

Roxgold Sanu SA
Un autre décret porte octroi d’un permis d’exploitation industrielle de grande mine d’or à la société Roxgold Sanu SA, dans la commune de Bagassi, province des Balé, région de la Boucle du Mouhoun. Il s’agit de la concession de Yaramoko qui est située dans la partie nord-est de celle de Houndé.
Ce permis autorise l’exploitation d’une superficie de 15,697 km², pour un potentiel de réserves minérales de 22,740 tonnes d’or brut. L’étude de faisabilité de la mine a été achevée en 2014. L’étude envisage une exploitation minière souterraine avec une durée de vie initiale de plus de sept ans, et la production de 99.500 onces par an, avec un taux de récupération métallurgique moyen d’or de 96,9%.

Gryphon SA
La société minière Gryphon SA, déjà présente au Burkina, a consolidé ses actifs avec le permis d’exploitation «Wahgnion» qui est passé de 88,6 km² à 89,08 km,² dans les communes rurales de Niankorodougou et de Dakoro, province de la Léraba, dans la région des Cascades. Le projet est la propriété exclusive de Gryphon Minerals (Gryphon 90 % et Gouvernement du Burkina Faso 10 % lors du passage à un permis d’exploitation minière) et contient 6 licences d’exploration continue couvrant environ 1.200 km², dans un district aurifère important. Prévu pour durer 15 mois, le début de la production aurifère devait commencer le dernier trimestre de 2014. Cette extention de la mine de Gryphon, dans la zone de Banfora, révèle une exploration continue de cibles à «haute priorité» en Côte d’Ivoire. «Ce qui pourra potentiellement apporter un réservoir de nouvelles découvertes pour Gryphon», peut-on lire sur le site web de la société.
NK

Commentaires
Numéro d'édition: 94

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.