Fêtes de fin d’année : La Brakina fait le plein de stocks

• Le directeur général confiant

• 23 milliards de FCFA d’investissement

• Les prix ne changeront pas en 2015

Le marché de la Beaufort et la XXL donne beaucoup de satisfaction. Mais le maillot jaune est toujours détenu par la Brakina. Coca Zéro qui a été victime de son succès sera disponible en cette fin d’année, rassure Marc Pozmentier, Dg de la Brakina. (DR)

Le marché de la Beaufort et la XXL donne beaucoup de satisfaction. Mais le maillot jaune est toujours détenu par la Brakina. Coca Zéro qui a été victime de son succès sera disponible en cette fin d’année, rassure Marc Pozmentier, Dg de la Brakina. (DR)

Les fêtes de fin d’année constituent une période de forte vente de boissons pour la Brakina. Afin de faire face à la demande, l’organisation du travail a été revue. Ainsi, du 12 au 31 décembre 2014, le travail de production, de livraison et même de l’administration sera en continu dans cette société, sauf le 25 décembre, jour de la Noël. Dans la matinée du 8 décembre 2014, lorsque nous nous sommes rendus sur le site de production de Ouagadougou, situé à Kossodo, les machines de la production tournaient.

Des camions étaient en train d’être chargés de boissons, devant le magasin de stockage bien rempli. Le directeur général de la Brakina, Marc Pozmentier, le guide du jour, se dit confiant quant à la capacité de sa société, qui a réalisé de gros investissements pour satisfaire la forte demande. Estimés à 23 milliards de FCFA, les investissements ont concerné plusieurs domaines dont l’augmentation de la capacité de production, la disponibilité des emballages, l’augmentation de la capacité de stockage, etc.
Sur le site de Bobo-Dioulasso, 8 milliards de FCFA d’investissement ont permis d’augmenter la capacité de production de l’eau minérale Laafi à 16.000 bouteilles par heure. La spéculation sur Laafi dans cette ville ne se justifie donc pas, soutient Marc Pozmentier.
A Ouagadougou, l’usine dispose désormais d’une capacité de production de 105.000 bouteilles de bière par heure.
Il espère que, cette année, l’éternel problème de manque d’emballages sera résolu. En plus de disposer de sa propre fabrique de casiers, la Brakina se procure des emballages auprès de Faso Plast et d’un fournisseur ivoirien.

Des stocks qui rassurent. A Ouagadougou, l’usine dispose d’une capacité de production de 105.000 bouteilles de bière par heure. (DR)

Des stocks qui rassurent. A Ouagadougou, l’usine dispose d’une capacité de production de 105.000 bouteilles de bière par heure. (DR)

En ce qui concerne la vente de la bière, le directeur général n’a pas d’inquiétude. C’est plutôt «l’invasion de produits gazeux venus du Ghana et du Mali» qui l’inquiète.
Les importateurs de ces produits pratiquent une concurrence déloyale. «Ces produits sont de qualité douteuse et les prix pratiqués laissent des doutes sur la probité fiscale», a laissé entendre Marc Pozmentier. «Nous n’avons pas peur de la concurrence.
Que les mêmes règles de jeu soient appliquées à tous et que le meilleur gagne», a-t-il poursuivi. Face à l’invasion du marché par des produits importés, Marc Pozmentier espère que les Burkinabè mettront en avant la préférence nationale dans leur habitude de consommation au cours des fêtes de fin d’année.
Sur une probable augmentation des prix des boissons en 2015, le Dg de la Brakina rassure : «Les prix des boissons en vigueur depuis 2008 ne changeront pas en 2015, parce que les investissements réalisés n’interviennent pas dans le calcul du prix de revient. Il pourrait y avoir augmentation de prix si le prix du maïs ou du houblon connaissait une hausse, ce qui n’est pas le cas». Malgré tout, en 2015, quelques innovations vont intervenir sur le paquetage des produits existants. Aussi, la Brakina compte rationaliser les espaces de stockage et la chaîne de transport.o

JB


35 milliards de FCFA d’impôts et taxes par an

La Brakina mobilise environ 35 milliards de FCFA de taxes, impôts et droits divers pour le budget national par an. La société emploie 540 permanents et fait vivre 500.000 personnes à travers les caves, les maquis, les sociétés de transport, etc. Outre la Tva, la société paie la taxe sur la boisson qui est un prélèvement sur la fabrication locale de boisson. Elle rentre dans les coûts de production et représente 25%. La contribution du secteur de la boisson est un impôt sur les caves collecté par la société pour l’Etat. Elle représente 5% de la facture et est systématiquement facturée sur le client.
Les taxes et impôts représentent 54,9% des recettes. Ainsi, sur une bouteille de 65 cl de la beaufort, les taxes et impôts représentent 35 cl. Ce taux de prélèvement ne met pas en péril la situation économique de la société, rassure le Dg de la Brakina.

Commentaires
Numéro d'édition: 89

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.