Cdp : La stratégie de reconquête du pouvoir en marche

• Le parti de l’Epi et de la Daba prend son destin en main

• Tentatives infructueuses de rapprochement

L’ex-parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (Cdp), reprend du poil de la bête après la levée de sa suspension. Après les événements des 30 et 31 octobre 2014 qui ont conduit à la démission du Blaise Compaoré de la présidence du Faso, le parti qui défendait la modification de l’article 37 de la Constitution a été momentanément suspendu.

Le Cdp a eu le temps de réfléchir sur les stratégies pour revenir aux affaires. Plusieurs scenarii ont été avancés.
Il a été question de créer un nouveau parti, sous une autre dénomination, avec les autres partis politiques regroupés au sein du front républicain. Cette piste a été abandonnée du fait de divergences de visions. Dans la réflexion, il est aussi ressorti que des militants Cdp adhèrent à d’autres partis et se positionnent sur les listes. Une fois élus, ceux-ci joueront le jeu du Cdp. Cette option a été jugée dangereuse parce que rien ne garantit leur retour. Partant du principe que c’est la modification de la Constitution qui constituait le point de divergences entre l’ex-majorité et l’ex-opposition, le parti miserait sur les partis d’anciens militants du Cdp qui avaient démissionné.
Cependant, cette approche jusque-là n’a pas abouti, les partis contactés n’ayant pas répondu favorablement. Les dates des élections (présidentielle, législatives et municipales) ayant été fixées plutôt que prévu, le parti a décidé de ne plus faire de calcul, prenant ainsi ses responsabilités. Les dirigeants ont ainsi décidé d’occuper le terrain et de reconquérir des électeurs à la faveur des élections à venir. Le message publié dans la presse la semaine dernière en donne le ton. Le premier acte de ce réveil est l’organisation d’un congrès dans les jours à venir afin de mettre en place une nouvelle équipe.
Assimi Kouanda perdra probablement son poste de premier responsable du parti au profit d’une personne qui jouit d’une bonne image non seulement au sein du parti, mais aussi dans l’opinion nationale d’une manière générale. Il n’est pas exclu qu’une personne comme Jérôme Bougouma occupe cette place. Des travaux préparatoires de ce congrès sont en cours actuellement.
Il sera précédé d’une réunion du bureau politique national et des sorties dans les 45 provinces pour prendre en compte les préoccupations des militants. Cette manière de faire se veut démocratique et marque un nouveau style de management du parti qui veut rompre d’avec les décisions unilatérales, le culte de la personnalité, l’exclusion de personnes, indique une source interne au parti. Simultanément à la préparation du congrès, le parti développe d’autres stratégies. Pour la présidentielle, le Cdp risque de ne pas présenter de candidat. Le parti susciterait une candidature indépendante avant d’appeler les militants à voter son porteur. L’appel des jeunes à une candidature du général Djibrill Bassolé fait partie de cette stratégie. Ce dernier ne s’est pas encore prononcé sur le sujet, mais sa décision ne saurait tarder, confie notre source. Des contacts sont pris entre anciens camarades du parti dans ce sens. Quid de la candidature de Jean-Baptiste Natama, directeur de cabinet de la présidente de la Commission de l’Union africaine, qui vient de créer son parti dénommé Convergence patriotique pour la renaissance/Mouvement progressiste (Cpr/Mp) ? Rien ne filtre à ce propos. Le Cdp est conscient qu’à la prochaine élection présidentielle, un second tour sera nécessaire pour départager les candidats. Des approches sont développées à la recherche d’accord, soit pour accompagner le candidat Cdp, soit pour soutenir un candidat d’un autre parti. Ceci, pour être toujours sur l’échiquier politique national.
JB


 

 

Candidature indépendante aux législatives, une opportunité

Pour les législatives, la stratégie du Cdp se jouera autour des candidatures indépendantes si de telles candidatures venaient à être admises par le nouveau code électoral. L’ex-parti au pouvoir y misera alors. L’objectif étant de constituer une bonne représentativité dans la prochaine Assemblée nationale.

Commentaires
Numéro d'édition: 93

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.