Développement des énergies renouvelables

• Le Prodere Uemoa se met en place

• Plus de 2 milliards d’investissement dans le solaire

• 20 mégawatts attendus

 (Source : Ministère des Mines et de l’énergie, Direction générale de l’énergie). Des réalisations sont faites dans les régions du Centre, du Centre-Est, du Centre-Ouest, du Plateau central, du Centre-Nord, du Nord et de la Boucle du Mouhoum. Ainsi, en plus de la ville de Ouagadougou, 48 autres localités sont concernées par l’installation de lampadaires solaires. 36 km de voies sont à éclairer pour la ville de Ouagadougou, 2 km en zone rurale.

(Source : Ministère des Mines et de l’énergie, Direction générale de l’énergie).
Des réalisations sont faites dans les régions du Centre, du Centre-Est, du Centre-Ouest, du Plateau central, du Centre-Nord, du Nord et de la Boucle du Mouhoum. Ainsi, en plus de la ville de Ouagadougou, 48 autres localités sont concernées par l’installation de lampadaires solaires. 36 km de voies sont à éclairer pour la ville de Ouagadougou, 2 km en zone rurale.

Le 17 septembre 2014, lors du Conseil des ministres, le chef du département en charge de l’énergie a fait une communication relative à l’état d’avancement du Programme de développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (Prodere) de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) au Burkina Faso. Grâce à cette initiative communautaire, le pays, à l’instar des 7 autres membres de l’Union, bénéficie de l’installation de mini-centrales et des kits solaires photovoltaïques dans ses zones rurales et périurbaines.

Ainsi assistera-t-on à la vulgarisation des lampadaires solaires photovoltaïques et la diffusion des Lampes à basse consommation (Lbc). Au Burkina, 1.646 lampadaires sont à installer sur environ 38 km de voies à éclairer, en plus des 115 kits au profit des infrastructures communautaires en ville et dans les zones rurales (écoles, centres de santé, d’alphabétisation et de loisirs).
«Les gens vont être surpris de ce que le visage de Ouagadougou va changer en matière d’éclairage, grâce aux lampadaires et aux kits solaires dont plus de 80% sont à installer à Ouagadougou qui verra l’éclairage de toutes les grandes voies qui baignent actuellement dans l’obscurité à la nuit tombée. Cela va contribuer à réduire l’insécurité dans la capitale. Les autres réalisations se feront dans des villages situés dans un rayon de 150 km et qui ne sont pas dans un programme d’électrification en cours», explique Jean De Dieu Yaméogo, le directeur des énergies renouvelables et des énergies domestiques au ministère des Mines et de l’énergie.
Les activités du Prodere au Burkina suivent leur cours.
Après la sélection des entreprises pour la fourniture, l’installation et la mise en service de systèmes solaires photovoltaïques et la signature des contrats, les commandes des équipements sont faites et la phase de réception en usine est en cours de préparation. Le Prodere, faut-il le rappeler, s’inscrit dans cadre de l’Initiative régionale pour l’énergie durable (Ired) conduite par l’Uemoa. Elle prévoit l’édification de 5 centrales solaires photovoltaïques de grande puissance dans l’espace sous forme de partenariat public-privé. Ainsi, au Burkina Faso, selon le ministère des Mines et de l’énergie, il est annoncé la réalisation d’une centrale de 20 mégawatts repartis ainsi qu’il suit : 10 mégawatts à Koudougou, 5 mégawatts à Ouahigouya, 5 mégawatts à Banfora. Ces puissances, par site, ont été proposées par la Sonabel.
Des études de faisabilité commanditées par l’Uemoa et validées fin juillet 2014 devront servir pour recherche de financement par l’Union. Les activités du Prodere sont financées à hauteur de 18 milliards pour l’ensemble de la zone Uemoa dont 2,250 milliards par pays et sans contribution financière des Etats membres. Selon la Société africaine des biocarburants et des énergies renouvelables (Saber) à qui les responsables de l’Union ont confié la maîtrise d’ouvrage, «ce programme vise non seulement l’amélioration des conditions de vie des populations des pays susvisés par l’adduction d’eau potable, l’éclairage des voies publiques et la fourniture et la mise en service de kits solaires au sein des ménages, mais aussi le développement d’activités génératrices de revenus».


 

A la recherche de l’efficacité énergétique

 

Le volet efficacité énergétique du Prodere est en cours de mise en œuvre. 450 millions de F CFA sont investis au Burkina Faso dans l’installation des lampes à basse consommation à fixer dans les bâtiments et établissements publics de l’Etat identifiés comme des édifices énergétivores par leur éclairage. Ce travail a été fait par un groupe interministériel composé des agents des ministères de l’Habitat, de celui des Finances, ainsi que du département de l’environnement et de l’énergie. Il a convenu de prioriser l’équipement des centres hospitaliers universitaires, régionaux et les centre médicaux avec antenne chirurgicale, particulièrement ceux de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso.

Christian KONE

Commentaires
Numéro d'édition: 79

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.