Patrice Chevalier, Dg de PPI (DR)

Energie électrique au Burkina: PPI, une référence dans le secteur

• Une entreprise pluridisciplinaire

• Un partenariat concluant avec les sociétés marocaines

• Une volonté d’aller de l’avant

Patrice Chevalier, Dg de PPI (DR)

Patrice Chevalier, Dg de PPI (DR)

Ce lundi 22 septembre 2014 à l’hôtel Laïco Ouaga 2000, les acteurs marocains et burkinabè du domaine de l’électricité ont un rendez-vous important qui leur permettra de nouer des relations d’affaires et de bâtir ainsi un partenariat gagnant-gagnant qui contribuera à accompagner efficacement les efforts d’électrification du Burkina Faso.

L’événement connaitra la participation du Projet de Production Internationale (PPI), une société privée du Burkina qui est très active dans le domaine de l’énergie au Faso. Comment pouvait-il en être autrement quand on sait que PPI est sur ce segment depuis de longues années.
En effet, son Président Directeur Général (PDG), Patrice Chevalier, a rappelé que sa société existe depuis 1987. D’abord comme une petite boîte, elle a fini par prendre du volume et par multiplier ses champs de compétences au fil des ans; des champs d’intervention qu’il nous a déclinés. Ainsi, le PDG a soutenu qu’aujourd’hui, PPI est une référence dans le domaine hydraulique, puisqu’il a déjà apporté de l’eau potable à plus de 420 localités du pays. Concernant l’électricité, la société exécute en ce moment même de grands projets financés par la SONABEL (Société nationale burkinabè d’électricité) et le FDE (Fonds de développement de l’électrification) ou les institutions internationales comme la Banque mondiale et la Banque africaine de développement. PPI intervient aussi énormément dans le domaine de la maintenance industrielle, avec plus de 600 groupes électrogènes sous sa coupe. La société a également un important département Energie solaire dont le travail est focalisé sur le photovoltaïque à caractère industriel, car fonctionnant pour l’alimentation des banques, des télécoms, mais aussi pour le raccordement de réseaux.
Il y a enfin un département Mines doté de 12 machines qui font de la recherche minière.
Lorsque ces cinq grands départements de PPI fonctionnent à plein régime, la société emploie selon son PDG près de 1 200 personnes (personnel fixe et contractuel).
Refusant de se cloîtrer sur lui-même, PPI a décidé de s’ouvrir au monde, de collaborer avec des entreprises non burkinabè. C’est par exemple dans cette dynamique d’ouverture que la société PPI a bâti des ponts avec les sociétés marocaines.
D’ailleurs avec son partenaire chérifien, FABRILEC- entreprise de référence bien connue au Maroc, PPI est en train d’achever l’électrification de 87 localités dans le cadre du PRIELER (Projet de renforcement des infrastructures électriques et d’électrification rurale). Le duo PPI-FABRILEC a remporté un autre marché consistant en la fourniture de 45 mille branchements électriques, toujours dans le cadre du PRIELER.
De ce partenariat avec FABRILEC, Patrice Chevalier déclare en être fier d’autant plus que cela a permis de «rehausser notre capacité technique et organisationnelle et on a affiné notre savoir-faire. On avait un savoir local, avec des habitudes locales, mais avec FABRILEC, on a pu passer à la vitesse supérieure au niveau technique, organisationnel, mais aussi en termes de réactivité et de vision des choses».
Intarissable sur sa coopération avec les entreprises chérifiennes, le PDG de PPI a déclaré avoir noué des partenariats dans le volet fourniture de matériels électriques. C’est ainsi que PPI est aujourd’hui au Burkina «le plus gros importateur de produits électriques marocains, avec près de 150 conteneurs par an».
Patrice Chevalier, tout en affirmant la bonne qualité des produits électriques de ce pays maghrébin, a tenu à saluer «la vision du Gouvernement» qui a engagé la bataille d’électrification du pays. Une bataille qui vaut la peine d’être menée, car elle permet non seulement «de fixer les compétences dans les différentes localités, mais aussi de relever considérablement le niveau de vie des populations».
Toujours dans le secteur électrique, PPI ambitionne accompagner la SONABEL dans la gestion des nouvelles localités électrifiées, à travers un contrat de maintenance du réseau électrique, de relevés des compteurs, etc. En fait, il s’agit d’expérimenter ce qui se fait déjà au niveau du domaine hydraulique. Dans les perspectives, PPI veut monter en gamme, mais toujours avec des partenaires, pour faire des travaux plus complexes en allant au-delà de la moyenne tension afin de faire des interconnexions.
Samba TRAORE

Commentaires
Numéro d'édition: 76

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.