Agriculture: Soixante producteurs de Bama formés

• De futurs entrepreneurs agricoles prêts pour le terrain

• Ils sont en quête d’appuis financiers

agricultureLA Fédération nationale des organisations paysannes (Fenop), en collaboration avec l’Union nationale des maisons familiales rurales (Unmfrbf), a formé 120 jeunes membres de la Fenop, dans le cadre de l’appel à Projet N°I du Fafpa, dont soixante producteurs agricoles de Bama et soixante de Seguenega. Ils ont reçu leurs attestations le 6 août 2014 à Bama, commune rurale située à 30 km de Bobo-Dioulasso. C’est une zone de production agricole par excellence. Soixante producteurs agricoles de la commune ont bénéficié d’une formation, initiée par la Fédération nationale des organisations paysannes (Fenop) «Promoteur», en partenariat avec l’Union nationale des maisons familiales rurales (Unmfr), «Opérateur» depuis le 28 avril 2014. Pendant cinq mois, les producteurs ont été formés selon la pédagogie de l’alternance en embouche bovine, en élevage, en aviculture, en maraîchage, en entrepreneuriat agricole et en gestion non violente des conflits, l’hygiène et la santé, etc. L’impact recherché selon la directrice de l’Unmfr, Estelle Koïta, est environnemental et socioéconomique. Il s’agissait d’une formation en adéquation avec l’agro-écologie qui va en plus permettre d’augmenter le rendement des producteurs et faciliter l’accessibilité de leurs productions. Ce qui peut contribuer à maintenir les jeunes dans leurs terroirs, car l’absence de perspective les pousse à l’exode rurale, a-t-elle renchéri. Comme ces producteurs, soixante autres de la commune rurale de Seguenega (Province du Yatenga) ont bénéficié du même type de formation selon la directrice de l’Unmfr, Estelle Koïta. Cette formation a été financée en grande partie par le Fonds d’appui à la formation professionnelle et à l’apprentissage (Fafpa). D’un coût de 29.913.000 F CFA, le Fafpa a contribué à hauteur de 87,5%. Le reste a été assuré par la Fenop. Le représentant du Fafpa, Djiré Sékou, a ainsi demandé aux bénéficiaires de mettre en pratique les acquis. Le représentant des bénéficiaires, Siaka Sanou, a rassuré pour sa part que les apprenants ont opéré leur reconversion et sont devenus des diffuseurs de bonnes pratiques agricoles. Pour le prouver, Abbas Sawadogo, un des bénéficiaires, a invité les formateurs dans sa ferme familiale où il pratique l’aviculture, l’élevage et l’embouche bovine. Il a trois bœufs qu’il dit avoir achetés à 600.000 F CFA et une centaine de poussins. Mais Abbas Sawadogo dit avoir besoin de moyens pour sécuriser son investissement et aménager son poulailler. Le coordonnateur de la Fenop, Issouf Sanou, pense qu’après la formation, les bénéficiaires auront besoin d’accompagnement. Il pense déjà à les mettre en relation avec des institutions de micro-finance afin qu’ils puissent bénéficier de crédits pour soutenir leurs projets. Selon lui, la Fenop va essayer d’avoir une ligne de crédit auprès des institutions financières, par exemple, et faciliter l’accès au crédit à ses membres à un taux préférentiel.o


 

Maisons familiales rurales, une faîtière au service des paysans

L’UNION nationale des maisons familiales rurales est créée en 2007. Elle regroupe 10 associations et intervient dans l’agriculture. Elle forme les jeunes et les adultes, les accompagne dans leurs projets d’insertion. Pour les adultes, il s’agit de formation de courte durée: maraîchage, embouche, élevage de la volaille. La formation dure deux ans chez les jeunes sélectionnés selon les critères suivants: être âgé de 18 à 30 ans, déscolarisé, ou alphabétisé, résider dans la localité, et avoir en tête un projet d’installation dans son terroir en relation avec l’agriculture et / ou l’élevage. A l’issue de la formation, l’Unmfr accompagne les jeunes dans la rédaction de leurs projets d’avenir et les met en relation avec les structures de micro-finance à même de leur apporter leurs soutiens. Depuis sa création, ce sont 4 mille hommes et femmes formés, selon la directrice Estelle Koïta.

R.O

Commentaires
Numéro d'édition: 75

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.