A la UneFocus

Téléphonie mobile: 1,3 million de nouveaux abonnements en 2013

Le parc des abonnés à la téléphonie mobile continue son accroissement au Faso. D’environ 10 millions au 31 décembre 2012, le nombre des numéros mobiles attribués est monté à plus de 11 millions à la fin de l’année 2013.

C’est ce que révèle le dernier rapport annuel d’activités de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) portant sur l’année 2013.
Microsoft Word - Tableau et graphiques ARCEP.docxCe rapport remis le 19 août dernier au Premier ministre par Mathurin Bako, président de l’Autorité, dévoile un parc d’abonnements se chiffrant exactement à 11.240.886, l’année écoulée. C’est près de 1,3 million de nouveaux abonnements au réseau mobile. Cette progression permet à l’Arcep de situer la télédensité mobile, c’est-à-dire le taux de pénétration du portable à près de 65% (64,89 téléphones pour 100 habitants). Ce taux est obtenu sur la base d’une population totale estimée à 17. 322. 976 habitants au 31 décembre 2013; donnée utilisée par l’Arcep et provenant des projections de l’Insd (Institut national de la statistique et de la démographie).
En considérant le cas de chacun des trois opérateurs du marché national, c’est Telmob qui profite le plus de cette croissance des abonnements. Classée deuxième en termes de part de marché en 2012, la branche mobile de l’Onatel SA, filiale de Maroc Telcom, s’est hissée comme le leader du marché avec 41,30% de parts.
Le parc d’abonnements de Telmob a connu 770.881 nouveaux abonnements en valeur absolue et est remonté en fin 2013 à 4.643.060 utilisateurs. En fin 2012, ce nombre était 3.872.179 utilisateurs pour 38,81% de part de marché. C’est donc une croissance de 19,90 % en valeur relative pour la branche mobile de l’Onatel SA.
Microsoft Word - Tableau et graphiques ARCEP.docxCependant, le coude-à-coude entre Telmob et Airtel Burkina continue. Airtel Burkina a enregistré une progression de sa part de marché mais le rapport d’activités 2013 de l’Arcep permet de noter, tout de même, qu’elle s’est fait légèrement dépasser par son concurrent Telmob.
Sur le marché, Telmob est talonnée en 2013 par la filiale de l’indien Bharti Airtel, qui a occupé 39,64 % du marché sur la période. En 2012, la puce Airtel était la plus demandée par la population avec 3.905.380 abonnements et une part de marché de 39,15%. En 2013, l’opérateur s’est encore enrichi avec 550 426 nouveaux abonnements. Ce qui correspond à un taux de croissance de 14 %.
Dans la concurrence que se livrent les trois opérateurs du marché de la téléphonie mobile au Burkina, Telecel Faso, avec un capital exclusivement détenu par l’homme d’affaires burkinabè Apollinaire Compaoré, arrive après ses deux concurrents qui font, du coup, office de «poids lourds» du marché. En termes de part de marché, le bilan est négatif pour Telecel Faso. L’opérateur a vu son parc d’abonnements décroitre au cours de l’année 2013. Son total s’est établi à «2.142.020 abonnements, correspondant à une décroissance de 56.526 abonnements en valeur absolue et à – 2,6 % en valeur relative».
En termes de couverture du réseau, l’Arcep note que l’ensemble des trois opérateurs ont fait des efforts pour offrir leurs services dans de nouvelles localités. Ce qui constitue d’ailleurs une obligation du cahier des charges à eux soumis. En effet, le réseau mobile de l’Onatel S.A. a couvert 36 nouvelles localités et a réalisé une télédensité de 26,8 téléphones pour 100 habitants.
Au même moment, Airtel Burkina a densifié et étendu son réseau mobile dans 24 villes et localités. Sa télédensité est passée de 23,27 téléphones pour 100 habitants en 2012 à 25,72 téléphones en 2013. Telecel Faso a été le plus actif dans la densification de son réseau. L’opérateur a couvert 52 nouvelles villes/localités avec une télédensité de 12,37 téléphones pour 100 habitants.
Karim GADIAGA

Commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page