Rentrées

Le mois de Septembre annonce plusieurs rentrées. L’une des plus attendues cette année est certainement celle des politiques. Elle sera marquée par deux évènements: la session budgétaire au niveau du parlement et le retour des vacances du Gouvernement dans la première quinzaine de Septembre. L’agenda de ces deux institutions va moduler la vie de la Nation. Et les gros dossiers ne manquent pas. Mais, celui qui focalise l’opinion publique nationale reste le débat sur la tenue ou non du référendum pour modifier l’article 37 de la Constitution afin de permettre éventuellement au président Compaoré de rebeloter. Le dossier reste en l’état, malgré un bandage des muscles dans les deux camps, par marches de soutien et de protestations interposées. En réalité, ces actions obéissent à une volonté d’occuper le terrain, ne pas laisser le champ médiatique à l’adversaire. En la matière, chaque camp n’a plus rien à prouver. Les positions sont connues et bien tranchées. La question est: le pouvoir va-t-il passer à l’acte et quand? Et surtout comment va-t-il s’y prendre, sans pour autant plonger le pays dans le chaos tant redouté ? Il est de sa responsabilité et de son devoir, face aux risques encourus, de trouver une issue négociée à ce bras de fer dont les effets négatifs sur l’économie ne vont pas tarder à se faire ressentir. L’argent n’aime pas le bruit. Les investisseurs non plus. A mesure que les mois passent, la marge de manœuvre du pouvoir se rétrécit. C’est pour cette raison qu’il est urgent que le débat quitte enfin la rue, pour que les uns et les autres, tous patriotes qu’ils se réclament, puissent s’asseoir et discuter, face à face, avec comme seul leitmotiv: l’intérêt général. La rentrée politique devrait être décisive.

Abdoulaye TAO

Commentaires
Numéro d'édition: 73

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.