Perspectives 2018: rebond de la croissance sur le continent


• Pour la BAD, la crise est passée

• Une croissance attendue à 4,1%

• Réussir le défi de l’industrialisation

 

Dans son édition 2018 des Perspectives économiques africaines (PEA) publiées le 24 janvier dernier, la Banque africaine de développement (BAD) a confirmé la résilience des économies africaines. Pour l’institution africaine, la crise est derrière. Désormais, le continent va connaitre une vague de rebond de sa croissance. De plus, les indicateurs macro-économiques vont s’améliorer.
Les prochaines années s’annoncent donc sous de bons auspices pour le continent selon la BAD qui annonce une production en hausse, une amélioration de la mobilisation des ressources internes et des progrès dans la mise en œuvre des réformes structurelles.
Des avancées notables, à condition de garder le cap de l’industrialisation.

Le défi d’une croissance inclusive

Si le rapport 2018 de la BAD table sur un rebond de la croissance économique du continent, des défis existent cependant. En premier, le fait que cette croissance soit peu créatrice d’emplois. Ensuite, le continent connait une faible mobilisation des financements et cela au regard des opportunités sur le marché des fonds souverains.
Pour la BAD, la priorité pour les économies africaines est d’adopter des stratégies de croissance visant à absorber la main-d’œuvre. La deuxième priorité consiste à investir dans le capital humain, en particulier dans le développement des compétences entrepreneuriales des jeunes, afin de faciliter la transition vers des secteurs modernes à haute productivité.
«Des défis persistent toutefois, en particulier en ce qui concerne les stratégies de transformations structurelles susceptibles de créer plus d’emplois et de réduire la pauvreté. Celles-ci doivent impérativement renforcer l’investissement dans l’agriculture et y développer des chaines de valeur qui permettront de dynamiser le secteur manufacturier moderne et les services. La diversification économique est donc essentielle pour la résolution des problèmes du continent ; ceci, compte tenu notamment de la situation démographique qui pose des défis», a affirmé le président de l’institution, Akinwumi Adesina.
«L’agriculture doit être à la pointe de l’industrialisation de l’Afrique», a réitéré Adesina, ajoutant que l’intégration de l’énergie et des infrastructures de transport faciliterait l’intégration économique, le développement des chaînes de valeur agricoles et les économies d’échelle.
Outre l’agriculture, les experts de la BAD tablent sur une accélération de l’industrialisation.
Lors de la présentation du rapport, ils ont plaidé pour l’accélération de l’industrialisation de l’Afrique. Une attitude qui non seulement va créer des emplois, réduire la pauvreté, mais aussi promouvoir une croissance économique inclusive. Le président de la BAD, Akinwumi Adesina, a même déclaré que les investissements dans le domaine des infrastructures sont l’un des plus rentables pour un pays.
Le continent souffre de besoins en investissement estimés entre 130 et 170 milliards de Dollars par an selon la BAD qui estime pourtant que si l’Afrique se dote de meilleures stratégies, elle peut parvenir à produire une croissance soutenue et inclusive malgré un déficit de financement de l’ordre de 68 à 108 milliards de Dollars EU. La BAD suggère que l’Afrique attire des capitaux privés pour accélérer le développement des principales infrastructures qui lui permettront de réaliser son potentiel.

Privilégier les financements via le marché boursier
Cependant, alerte la banque, il ne faudra pas attendre d’avoir comblé tous les déficits de financement avant de transformer les structures économiques.
Les recettes fiscales annuelles de l’Afrique remontent à 500 milliards de Dollars, plus environ 50 milliards de Dollars d’aide étrangère, 60 milliards de Dollars d’envois de fonds et 60 milliards d’entrées d’IDE. Une somme énorme selon la BAD qui suggère aux pays africains d’aller à vers les fonds souverains et les financements de marché. «Les pays africains peuvent directement s’intégrer à l’économie mondiale en développant des infrastructures bien ciblées pour soutenir les industries et les secteurs compétitifs dans les parcs industriels et les zones franches industrielles pour l’exportation, qui pourront servir de relais vers les marchés mondiaux».
Et de poursuivre : en attirant les investissements étrangers et les entreprises, les pays les plus pauvres peuvent eux aussi améliorer leur logistique commerciale, renforcer les connaissances et les compétences des entrepreneurs locaux, gagner la confiance des acheteurs internationaux et permettre progressivement aux entreprises locales de devenir compétitives.
Mais attention, met en garde la BAD, «de nombreux gouvernements essaient d’entreprendre simultanément un nombre excessif de projets et, de ce fait, n’en mènent presqu’aucun à terme». Les pouvoirs publics sont aussi susceptibles d’accorder la priorité à des secteurs et industries de manière peu judicieuse, consacrant leurs ressources financières, administratives et humaines limitées à des activités non compétitives et dont les bénéfices sont insuffisants pour soutenir le développement.
L’accès universel à une infrastructure de haute qualité ne peut être qu’un objectif à long terme. Les gouvernements ayant essayé d’atteindre ce but avec des ressources limitées tendent à engager des dépenses excessives pour des projets multiples, avec un faible impact sur l’économie et une impulsion modeste de la croissance industrielle et de la création d’emplois.
Une solution trouvée par les experts : «Les pays africains n’ont pas besoin de résoudre l’ensemble de leurs problèmes d’infrastructures avant de parvenir à une croissance soutenue et inclusive. Ils gagneraient plutôt à déterminer quelle est la meilleure façon d’utiliser leurs budgets d’infrastructures restreints pour obtenir les retombées économiques et sociales les plus élevées».

NK


 

Rebond de la croissance

Dans l’ensemble, les projections de croissance à court et moyen termes sont prometteuses, et le rapport de la BAD est nettement plus optimiste que ceux de la Banque mondiale dans ses perspectives publiées en début d’année, ainsi que ceux du FMI. La reprise de la croissance a été même plus rapide que prévu, en particulier dans «les économies à forte intensité de ressources». Ce qui pour les auteurs du rapport confirme encore la capacité de résistance aux chocs du continent. Dans les pays producteurs de pétrole qui ont le plus pâti de la conjoncture, les prochaines années s’avèreront même décisives dans le cadre de leurs stratégies de transformation économique. Après un maigre 2,2 % en 2016 et une légère amélioration de 3,6 % en 2016 et 2017, la BAD estime la croissance attendue pour 2018 et 2019 sur le continent à 4,1%.
Tous les pays ne sont pas logés à la même enseigne, et certains font preuve d’une croissance exponentielle qu’il convient certes de placer dans le contexte particulier de leurs situations socioéconomiques et politiques. C’est le cas de la Libye avec une hausse estimée à plus de 55 % en raison de la reprise de la production pétrolière. De manière générale, les champions africains vont confirmer leur potentiel avec un retour du niveau de croissance des années fastes comme le Ghana avec des projections de 8,5 % en 2018, la Côte d’Ivoire avec 7,9 %, le Sénégal avec 7 % ainsi que Djibouti avec 6,9 % ou la Tanzanie de 6,7 %. D’autres pays comme le Burkina Faso, le Bénin, la Sierra Leone et la Guinée atteindront une moyenne annuelle de 6 %. Même les pays les plus touchés par la crise et dont l’impact rejaillit sur l’économie africaine en raison de leurs poids économiques ; le Nigeria et l’Afrique du Sud ; renoueront avec la reprise alors que des pays comme l’Ethiopie maintiendront leur dynamique acceptable des dernières années où ils ont tiré la croissance du continent.

Commentaires

Numéro d'édition: 238