Le forum sur la gouvernance, la démocratie et les affaires est initié par des structures américaines soutenues fortement par le gouvernement du Burkina. (DR)

Gouvernance-démocratie et affaires : Une initiative mondiale lancée à Ouagadougou

 

Les 16 et 17 janvier 2018, Ouagadougou a abrité une rencontre internationale qui marque le départ officiel d’un mouvement international en matière de renforcement de la gouvernance démocratique. Ce, à travers la création de nouvelles voies de participation à la liberté économique pour contribuer à l’amélioration des économies de marchés existants. Cette initiative, qui prend pour point d’appui le Burkina, est portée par le Mouvement mondial pour la démocratie, le Centre pour l’entreprise privé

Lancement à Ouagadougoua été co-organisé par le gouvernement du Burkina Faso et présidé par Roch Kaboré. Le Forum tenu à cet effet avait pour thème «Gouvernance, démocratie et affaires». (DR)

internationale (CIPE), US Chamber of Commerce et Africa Business Center ; des structures américaines de la société civile et du monde des affaires. Son lancement à Ouagadougoua été co-organisé par le gouvernement du Burkina Faso et présidé par Roch Kaboré. Le Forum tenu à cet effet avait pour thème «Gouvernance, démocratie et affaires».
L’objectif visé par cette initiative est «d’une part de cultiver l’intérêt mutuel entre les entreprises, la société civile et les décideurs politiques et, d’autre part, d’encourager leur collaboration en vue de développer des opportunités d’affaires en Afrique, de consolider les bases du développement économique et durable et de construire une société prospère et libre.

La phase active du forum a enregistré 5 panels dont celui intitulé «Plaidoyer politique et mise en œuvre pour une gouvernance collaborative» au cours duquel il y a eu le lancement du rapport CIPE-FREE Afriksur «Renforcer la voix du secteur privé au Burkina». (DR)

Au cours des deux jours de rencontre, les participants, environ 350, qui sont des acteurs du secteur public, du secteur privé et de la société civile, ont échangé sur les bonnes pratiques en matière de collaboration entre eux et la capacité des institutions démocratiques à créer un environnement favorable aux affaires dans le long terme. Ils ont également pris l’engagement à travailler en synergie pour un développement économique et social harmonieux des Etats.
Lors de la cérémonie d’ouverture, il y a eu outre l’intervention du président du Faso, Roch Kaboré ; celles de ministre burkinabè en charge du Commerce ; celle du président de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina ; celle de Marcel de Souza, président de la commission de la CEDEAO ; celle de Lars Benson, directeur Afrique du CIPE ; celle de Simon Tiemtoré, membre du Conseil d’Administration de US-Africa Business Center, et aussi celle d’Andrew Young, ambassadeur des Etats-Unis au Burkina.
La phase active du forum a enregistré 5 panels dont celui intitulé «Plaidoyer politique et mise en œuvre pour une gouvernance collaborative» au cours duquel il y a eu le lancement du rapport CIPE-FREE Afriksur «Renforcer la voix du secteur privé au Burkina». Un rapport présenté par Toni Weiss, directeur du programme CIPE aux Etats-Unis, Haroune Sidatt, représentant régional de CIPE en Afrique de l’Ouest et le Dr Seydou Ra-sablga Ouédraogo.

Joël BOUDA


Une déclaration dite «de Ouagadougou»

Le forum «Gouvernance, démocratie et affaires » s’est achevé par l’adoption de la «Déclaration de Ouagadougou». Un acte qui traduit l’engagement du Burkina Faso en faveur de la liberté économique, de la gouvernance et des principes démocratiques. En 6 points, les participants reconnaissent, entre autres, «le droit des peuples à prendre librement en charge leur propre destin dans le cadre d’institutions démocratiques et inclusives», « déclarent aussi leur soutien à la promotion de la gouvernance démocratique, caractérisée par la reddition des comptes, la transparence, le dialogue ouvert …», «reconnaissent qu’une bonne gouvernance démocratique constitue le meilleur garant de la liberté individuelle indispensable au développement économique et social, à la croissance économique, à la stabilité politique et à la sécurité» et autres. La Déclaration de Ouagadougou sera présentée au forum mondial prévu à Dakar, au Sénégal, en mai 2018.

Commentaires

Numéro d'édition: 236