En octobre 2016, le Salvador avait remporté un arbitrage face à Pacific Rim Cayman, filiale d’Oceana Gold, qui réclamait au pays d’Amérique centrale 250 millions de Dollars pour lui avoir refusé un permis d’exploitation pour des raisons environnementales. (DR)

Mines de métaux : Exploitation interdite au Salvador

• Premier pays au monde à franchir le pas

• Sauver l’environnement et les populations

 

La République du Salvador, le plus petit pays d’Amérique centrale (20.742 km² pour 6.328.196 habitants en 2014), a interdit l’exploitation des mines de métaux sur son territoire. La loi a été votée le 29 mars dernier par l’ensemble des partis au parlement, signale The Huffingtonpost, et publiée le 27 avril au Journal Officiel.
Le pays devient ainsi le premier au monde à interdire les mines de métaux sur son territoire. Une grande décision qui a tout de suite été félicitée par de nombreuses organisations.
Pour l’ONG Mining Watch Canada, c’est «quelque chose d’historique». Ce texte fait du petit pays d’Amérique centrale un pionnier de la lutte contre l’activité minière et ses effets néfastes sur l’environnement et la population.
«C’est une loi innovante, mais surtout nécessaire face à une industrie qui n’apporte aucun bénéfice aux communautés, mais plutôt une grave pollution aux sources d’eau, à l’environnement. Il faut célébrer cette loi», a réagi auprès de l’AFP le président de l’Unité écologique salvadorienne (UNES), Mauricio Sermeño.
En octobre 2016, le Salvador avait remporté un arbitrage face à Pacific Rim Cayman, filiale d’Oceana Gold, qui réclamait au pays d’Amérique centrale 250 millions de Dollars pour lui avoir refusé un permis d’exploitation pour des raisons environnementales. Au Guatemala voisin, les communautés rurales se battent contre les projets miniers des groupes canadien Goldcorp et américains Tahoe Resources et Kappes, Cassidy & Associates (KCA). Le Nicaragua a, lui, rejeté des projets d’exploitation minière du Canadien B2 Gold.
Les pays d’Amérique centrale sont parmi les plus pauvres du continent américain, mais l’activité minière sur leurs territoires ne leur apporte qu’une «très faible» contribution en termes de PIB et d’emplois, selon une étude récente menée par plusieurs ONG et rapportée par The Huffingtonpost.

NK


Les effets sur la santé

En chimie, les métaux sont des matériaux dont les atomes sont unis par des liaisons métalliques. Il s’agit de corps simples ou d’alliages le plus souvent durs, opaques, brillants, bons conducteurs de la chaleur et de l’électricité. Contenus dans les terres rares, leur obtention est un processus long, gourmand en ressources naturelles et polluant.
De plus, les applications industrielles des terres rares nécessitent des niveaux de pureté très élevés, jusqu’à 99,9999% pour les luminophores (matériaux utilisés dans les tubes cathodiques). Le produit minier brut est un mélange des 17 terres rares, encore appelé «mischmetal» (mélange de métaux) en allemand. Il faut un grand nombre d’opérations pour obtenir d’abord la séparation de ces éléments, puis atteindre un tel niveau de purification. Chaque passage implique des rejets d’autant plus polluants qu’une radioactivité est associée aux concentrés de terres rares.
Pour ce qui est de l’aspect santé, une brochure de l’INRS (infosud.org) (Institut national de recherche et de sécurité) sur l’exposition professionnelle aux poussières de terres rares montre que l’exposition aux poussières issues de l’exploitation de ces minerais peut être susceptible d’entrainer des pathologies pulmonaires si des précautions ne sont pas prises pour limiter le niveau de poussière sur le lieu de travail.

Commentaires

Numéro d'édition: 204