Désormais, cette marque «NBF» sur un emballage ou affectée à un service sera la preuve que ce dernier est conforme aux normes de qualité.

Qualité des produits : La marque «NBF» comme garantie

• Les critères d’obtention en cours de finalisation

• Fiabiliser les produits et rassurer le consommateur

• Renforcer la compétitivité des entreprises

 

A l’image de la marque «NF» sur certains emballages de produits d’origine française, le Burkina Faso va bientôt disposer de la marque «NBF» qui sera proposée aux produits fabriqués sur le territoire national. En France, la marque nationale «NF» atteste qu’un produit ou un service qui la porte est conforme aux normes établies dans ce domaine précis au niveau national. De ce fait, il y a plusieurs normes se rapportant à divers domaines et produits. Pour le cas français, c’est l’Agence française de normalisation (AFNOR) qui est chargée de coordonner le processus d’élaboration des Normes françaises (NF) et de promouvoir leur application.
Cette marque nationale constitue une preuve objective de la conformité à un référentiel qui fixe le niveau de qualité et de performances. C’est également une garantie pour le consommateur. La marque nationale, qui garantit la conformité et la qualité, permet de rassurer le consommateur. C’est un facteur de protection et de transparence sur le marché. Elle établit une confiance entre le client et le fournisseur. Pour les entreprises, elle renforce la compétitivité.
Lorsqu’elle n’existe pas sur un produit, celui-ci est alors soumis au doute du consommateur. Chose qui peut être préjudiciable sur le plan commercial.
C’est en tenant compte prioritairement de ces paramètres cruciaux que le Burkina a décidé de concevoir, pour les produits locaux, une marque nationale. Le processus qui était en cours depuis un bon moment vient d’enregistrer une nouvelle évolution. Lors du Conseil des ministres du 30 novembre 2016, le gouvernement a adopté un décret portant fixation des conditions d’utilisation de la marque nationale de conformité des produits, des procédés et services aux normes.
L’adoption de ce décret permet de fixer les conditions de délivrance de la marque nationale de conformité aux normes, afin de lancer les activités de certification.
En décidant de concrétiser ce projet de marque nationale, le Burkina se conforme également au règlement communautaire du 21 juin 2010 de l’UEMOA portant schéma d’harmonisation des activités d’accréditation, de certification, de normalisation et de métrologie dans l’espace.
L’insigne NBF ou la Norme Burkina Faso sera une preuve «d’excellence» sur le territoire national.
Dessinée dans un fond étoilé, elle sera apposée sur les produits ou services qui ont obtenu le visa pour la porter. Sa présence permettra au consommateur de faire la différence entre les produits certifiés et ceux non certifiés.
Le processus d’élaboration des normes relatives à la marque «NBF» a été confié à l’Agence burkinabè de normalisation, de la métrologie et de la qualité (ABNORM), qui est l’équivalente de l’AFNOR en France.
L’ABNORM est actuellement à pied d’œuvre pour valider les projets de règlements techniques particuliers de certification. Chaque domaine particulier aura ses normes et ses règlements.
C’est dans cette optique que, depuis le 8 décembre dernier, une série d’ateliers sur le plan national a été initié par l’ABNORM. Plusieurs comités techniques sectoriels de certification ont été mis en place à cet effet. Les ateliers de validation des projets de règlements relatifs aux normes burkinabè ont commencé par Ouagadougou et vont se tenir dans d’autres localités du pays.
Au cours de ces ateliers, les acteurs et professionnels concernés par les domaines ou produits ciblés discuteront, avec les experts, sur les projets de référentiels ou normes.
C’est donc des ateliers qui réuniront les groupements professionnels de fabricants et de producteurs, les entreprises ou les organisations intéressées, les services techniques administratifs de l’Etat, les spécialistes et les mouvements de défense des consommateurs. Ils devraient engendrer des documents consensuels qui prennent en compte les préoccupations de tous les acteurs.
Ils vont permettre notamment de concevoir le contenu de «l’arrêté partant fixation des prix de la certification des produits, des procédés et services», ainsi que «l’arrêté portant fixation de la liste des produits, procédés et services faisant l’objet de délivrance de la marque nationale de conformité des produits et services aux normes».

Karim GADIAGA


 

A vérifier sur les emballages des produits

Une fois les règlements techniques de certification d’excellence établis, l’obtention de la marque «NBF» par tout candidat se fera au bout d’un processus, comme dans un examen. On peut alors être admis ou échouer. Ce n’est qu’après avoir prouvé aux yeux des experts chargés de veiller sur les normes qu’un produit ou un service est autorisé à porter cette marque de qualité. C’est le candidat à la certification qui adresse librement la demande d’obtention de la marque. L’ABNORM est garante des règlements techniques de certification d’excellence. Déjà, les comités techniques de certification qui ont été mis en place concernent les domaines des «oléagineux», des «fruits et légumes», des «produits animaux», des «céréales et légumineuses». Ce qui veut dire que dans ces domaines, les produits pourront bientôt se distinguer sur la base de la marque «NBF» apposée sur leurs emballages.

Commentaires

Numéro d'édition: 185