Production d’or  : Le Burkina perd une place

• De la 4e à la 5e place

• L’Afrique, 2e continent producteur

• Une affaire des entreprises étrangères

 

Parmi les 8 métaux exploités en Afrique, l’or occupe une place prépondérante. Ils sont 34 pays à produire le métal jaune de façon artisanale et/ou industrielle et réalisent près du quart de la production annuelle mondiale. 20 pays produisent plus d’une tonne par an. Ce qui fait de l’Afrique le deuxième continent producteur d’or dans le monde.
Ces données émanent du rapport sur «La fiscalité minière en Afrique: un état des lieux du secteur de l’or dans 14 pays de 1980 à 2015», publié par la Fondation pour les études et recherches sur le développement international. Elles démontrent l’importance de la production de l’or par les pays africains.
Le rapport, qui cite les données de World Mineral Statistics, révèle qu’en 2014, l’Afrique du Sud, avec une production estimée à 151,622 tonnes, était le premier pays producteur d’or en Afrique. Il est suivi du Ghana, du Mali et de la Tanzanie.
Le Burkina Faso, avec une production estimée à 37,2 tonnes, se classe au 5e rang des pays producteurs d’or en Afrique derrière la Tanzanie (40,598 tonnes). Notons que dans le rapport précédent, le Burkina était classé à la 4e place. «L’Afrique pourrait devenir, dans un avenir très proche, le premier producteur mondial si l’on considère ses réserves d’or qui représentent près de 40% des réserves mondiales», informe le rapport de la Fondation pour les études et recherches sur le développement international.
On note que le premier producteur d’or sur le continent, l’Afrique du Sud, a vu sa production baisser de 80% au cours des 40 dernières années, en raison de la fermeture de grandes mines très rentables. Cette baisse de la production a été compensée par l’augmentation des cours de l’or (multipliés par 5) entre 2005 et 2012. Aussi, les innovations technologiques ont favorisé l’exploitation de mines aux conditions d’extraction plus difficiles, notamment au Burkina Faso, au Mali, au Soudan et en Tanzanie.
Le secteur minier de l’Afrique de l’Ouest est un des plus dynamiques du continent. Au sein de l’espace UEMOA, l’attribution des permis de recherche est passée de 5 en 2002 à 25 en 2003, puis à une moyenne de 65 par an entre 2004 et 2010 par pays. Au titre de la seule année 2011, environ 200 permis ont été délivrés dans chaque pays de l’UEMOA, selon les chiffres de la BCEAO.
La ruée vers cette partie de l’Afrique a débuté autour des années 2000 où la hausse des cours de l’or a attiré des investisseurs étrangers, favorisant ainsi le passage d’une extraction artisanale à une extraction industrielle. La production d’or dans cet espace est passée à 66,1% entre 2007 et 2011 et représente 3,1% de la production mondiale. L’augmentation de la production du Mali, du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire en serait les causes. L’or représentait ainsi 20,5% des exportations totales de l’UEMOA en 2012, devançant le pétrole et le cacao. L’exploitation aurifère en Afrique se relocalise actuellement vers de nouveaux pays producteurs, ce qui pourrait être favorable à une amélioration des finances publiques de ces pays souvent classés parmi les plus pauvres de la planète.
Créée en 2003, la Fondation pour les études et recherches sur le développement international vise à favoriser la compréhension du développement économique international et des politiques qui l’influencent.

Elie KABORE

——————————

Evolution de la production d’or en Afrique entre 2004 et 2014 

La production d’or dans l’espace UEMOA a augmenté de 66,1% entre 2007 et 2011 et représente 3,1% de la production mondiale. L’augmentation de la production du Mali, du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire en serait les causes. Source: World mineral Statitics Data, http://www.bgs.ac.uk/. Les données comprennent la production artisanale et industrielle.

La production d’or dans l’espace UEMOA a augmenté de 66,1% entre 2007 et 2011 et représente 3,1% de la production mondiale. L’augmentation de la production du Mali, du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire en serait les causes.
Source: World mineral Statitics Data, http://www.bgs.ac.uk/. Les données comprennent la production artisanale
et industrielle.


Exploitation de l’or en Afrique: une affaire des entreprises étrangères

L’exploitation mondiale de l’or est effectuée à 50% par des grandes entreprises. En effet, on retrouve dans 9 pays d’Afrique les 15 plus grandes entreprises aurifères mondiales qui exploitent l’or de 28 pays. Anglo Gold Ashanti (Afrique du Sud) et Gold Fields (Grande Bretagne), tous des majors du secteur, produisant respectivement 5% et 4% de la production aurifère mondiale et tirant près de 70% de leur production du continent africain en 2010.

Commentaires

Numéro d'édition: 184