Le nouveau Président des Etats-unis, Donald Trump. (DR)

Les résultantes de l’élection américaine  : sur l’économie mondiale

• L’indice de l’or en hausse

• Les bourses en chute

 

Déjouant les sondages, les Américains ont décidé de confier leur destinée à Donald Trump pour les quatre ans à venir. Cependant, cette nouvelle n’a pas réjoui le monde des finances. Dès l’annonce de l’élection à la présidence des Etats-unis de Donald Trump, le 9 novembre dernier, les valeurs boursières ont chuté à travers le monde. En Asie, l’indice Nikkei de Tokyo a chuté de plus de 5%, tandis que les marchés américains à terme broient également du noir devant la perspective que Donald Trump occupe la Maison Blanche. Le cours de l’or a subi une hausse. L’once de métal précieux a dépassé les 1.300 dollars à Londres. Les hausses les plus importantes concernent les pièces d’or. Surtout les pièces de 5 et 10 dollars en hausse de plus de 10%.Cette tension se transmet à tous les produits disponibles auprès des particuliers tels que le lingot de 1 kilogramme d’or pur qui s’échange à 37,645 euros en nette hausse par rapport au prix avant les élections aux Etats-unis. En ce qui concerne les actions boursières, l’indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a chuté de 5% le 9 novembre. Le Nikkei des 225 valeurs vedettes est tombé à 16.314,92 points, soit une dégringolade de 856,46 points (-4,99%).L’indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau dévissait pour sa part de 4,88% à 1.296,92 points. L’activité était très dense, avec 1,5 milliard de titres échangés sur le premier marché. La chute sur les marchés américains, dans les contrats à terme, a reflété le sentiment des investisseurs pour l’avenir. Le contrat à terme sur l’indice Dow Jones chutait de près de 757 points, cédant 4,14% tandis que celui sur l’indice S&P 500 glissait de 3,84% en abandonnant 82 points.Sur le marché des changes, le peso mexicain est tombé, dans les échanges asiatiques, à son plus bas niveau historique. Dans ce contexte, l’or, valeur refuge, s’est nettement apprécié, à 1.323,17 dollars l’once, contre 1.268,30 dollars en début de matinée. Les investisseurs se précipitaient aussi sur le marché de la dette: le rendement des bons du Trésor américain à 10 ans reculait à 1,729%, contre 1,867% auparavant.
Tout au long de sa campagne, le candidat Trump a martelé que, s’il était élu, il lancerait un plan massif d’investissement dans les infrastructures, qu’il relancerait ou maintiendrait l’exploitation des énergies les plus polluantes, la réouverture des mines de charbon, l’exploitation du pétrole de schiste, et surtout, que tous les Américains verraient leurs impôts baissés. Pourtant, il faudra des recettes copieuses pour couvrir les baisses massives d’impôts qui figurent dans le programme de Trump, une baisse de 2 points du taux d’imposition des ménages les plus fortunés, avec la tranche la plus haute qui descendrait à 33%, et la baisse du taux d’imposition sur les bénéfices des entreprises, qui passerait de 35 à 15%, estime des experts.

Germaine Birba


Les promesses économiques de Trump

Les promesses de baisses d’impôts ont visiblement été déterminantes dans la victoire de Donald Trump à l’élection présidentielle. A ce jour, les Américains ne paient pas d’impôt lorsqu’ils gagnent moins de 9.700 dollars par an. Au-delà, ils paient 14%. Puis à partir de 30.000 dollars, 30%. Le taux passe à 41% à partir de 72.000 dollars, et 45% au-dessus de 165.000 dollars. La promesse de Trump est de supprimer toute imposition sous le seuil de 29.000 dollars de revenus annuels. Et d’un autre côté, il réduit le plus haut taux d’imposition à 33%, à partir de 72.000 dollars annuels. De quoi séduire les ménages les plus aisés.

Commentaires

Numéro d'édition: 180