Energie solaire : L’Ong CREDO inaugure un projet

• Un prototype installé à Bobo

• Les PME visées

 

Dans le but de soulager les petites et moyennes entreprises du Burkina sur le plan énergétique, un consortium de trois organisations dont l’ONG Christian relief and development organization (CREDO), le partenaire technique et financier hollandais Woord en Daad et le partenaire secondaire SAHELIA, met en œuvre un projet qui a pour but final d’orienter le public en général, et les PME en particulier vers davantage de production et de consommation d’énergie solaire.
Ce projet a été inauguré le mardi 8 novembre dernier à Bobo-Dioulasso, en présence de la représentante du ministre de l’Energie des mines et des carrières, parrain de la cérémonie. Ce projet est une occasion pour les entreprises du Burkina Faso de manifester un besoin d’audit énergétique, qui pourra déboucher sur l’installation intégrale d’un système solaire, à l’instar du prototype déjà installé au complexe scolaire Baraka et qui fait référence en la matière.
Ce projet permettra également de renforcer l’offre de formation technique et professionnelle de nombreux jeunes dans les installations et la maintenance des systèmes solaires photovoltaïques.
La salle d’atelier électromécanique du complexe scolaire Baraka de Bobo a accueilli la cérémonie de lancement. Financé à hauteur de 114 millions de FCFA par l’Union européenne, ce projet de 4 ans vise à apporter une solution au problème de déficit d’énergie que rencontrent les Petites et Moyennes Entreprises du Burkina.
Pour le chef du projet, Wolfgang Sanou, ce projet s’adresse aux entreprises, aux investisseurs mais surtout aux techniciens et vise à promouvoir la production et la consommation de l’énergie solaire dans nos PME.
En effet, le projet intervient dans un contexte où seulement 17.68% de la population du pays ont accès à l’électricité. La demande est plus forte que l’offre en la matière et pourtant le potentiel d’énergie solaire reçue chaque année sur la terre est plus de 20 fois supérieur à nos besoins énergétiques, ce qui fait d’elle une énergie largement suffisante pour couvrir tous les besoins humains, techniques et économiques.
Des études relèvent qu’au Burkina, le rayonnement solaire reçu quotidiennement varie entre 2.142 kW et 7.801 kWh avec un potentiel relativement élevé par rapport à la moyenne africaine, estimé à 5.5 kWh/m²/jour pendant 3000 à 3500 heures par an. On peut donc dire que dans le domaine, le Burkina dispose d’un fort potentiel ; un potentiel qui doit être exploité au regard des technologies éprouvées en la matière. « C’est pourquoi, des efforts doivent être redoublés et des initiatives comme celles de CREDO sont à encouragées » reconnaît Fulgence Idani, représentant du président du Conseil économique et social, patron de la cérémonie. En créant une direction administrative dédiée aux énergies renouvelables, le gouvernement concrétise son engagement à promouvoir le solaire au Burkina Faso. Cela vient conforter la mise ne œuvre du projet de promotion de l’énergie solaire initiée par l’ONG CREDO qui a pour vocation de contribuer à la vulgarisation de l’exploitation photovoltaïque et des panneaux solaires dans les PME au Burkina Faso.
Le gouvernement réfléchit d’ailleurs sur comment amoindrir les coûts afin de permettre à un plus grand nombre d’en avoir accès. Assurance a été donnée par la représente du ministre de l’Energie des mines et des carrières, Madjiara Sagnon, parrain de cette cérémonie.

Abdoul Latif NAPON

Commentaires

Numéro d'édition: 180